SOPK C’est quoi et comment gérer ce syndrome ?

 Entre 4 et 20 % des femmes en âge de procréer souffrent du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK). Mais c’est quoi SOPK et comment bien vivre avec ? 


Les patientes atteintes du SOPK trouvent souvent qu'il est beaucoup plus difficile de perdre du poids que celles qui n'en sont pas atteintes. Avec ce syndrome il devient beaucoup plus facile de prendre du poids involontairement. Si tu es atteinte du SOPK et que tu essaies de perdre du poids, tu peux te sentir frustré de faire tout "bien" alors que la balance ne bouge pas. 

Le syndrome des ovaires polykystiques est un trouble corporel caractérisé par des déséquilibres hormonaux, ce qui a de multiples conséquences, dont la prise de gras. Dans cet article, tu vas découvrir les liens entre SOPK et la prise de gras, puis je te révèlerai la méthode pour mincir avec ce syndrome ! 


Pourquoi est-il si difficile de perdre du poids avec le SOPK ?

 Le syndrome SOPK, SOMPK, OMPK, ou syndrome de Stein Leventhal concerne uniquement les femmes. Il dérègle leurs hormones et peut amener à une prise de poids. Mais ce n’est pas une fatalité ! Je t’explique pourquoi on prend du gras avec cette maladie et comment t’en sortir juste après. 

c est quoi sopk


SOPK c’est quoi ?

 Le syndrome des ovaires polykystiques est une affection dans laquelle les ovaires produisent une quantité anormale d'androgènes, des hormones sexuelles mâles qui sont généralement présentes en petites quantités chez les femmes. Le nom de syndrome des ovaires polykystiques décrit les nombreux petits kystes (sacs remplis de liquide) qui se forment dans les ovaires. 

La cause exacte du SOPK n'est pas claire mais on a identifié les différentes réactions et symptômes de cette affection. Il toucherait entre 5 et 10% des femmes, environ 7% de femmes déclarées selon le recensement le plus fiable. 

Le diagnostic est assez difficile car les symptômes peuvent varier. Il y aurait de nombreuses femmes affectées sans qu’elles ne s’en rendent compte. Les symptômes de SOPK les plus courants sont l’acné, la pilosité, des règles peu abondantes et une prise de poids. Pour la diagnostiquer, on utilise l’échographie qui permet de détecter la formation de petits kystes en grand nombre au niveau des ovaires. 


Ce trouble est d’origine hormonale, engendré par une mauvaise régulation de l’hypophyse (ou glande pituitaire), qui conduit à produire l’hormone lutéinisante (LH) en excès. Surtout les taux de LH sont très variables et instables. Or, la LH est responsable de l’ovulation et est liée à de nombreuses autres hormones. 

SOPK est un syndrome à l’origine encore inconnue, on soupçonne l’exposition à des perturbateurs endocriniens durant la croissance intra-utérine et la transmission héréditaire. Il n’existe pour l’instant aucun traitement, mais on sait traiter chaque symptôme de cette maladie. On peut donc bien vivre avec cette maladie en prenant les traitements adaptés et en ayant une hygiène de vie presque irréprochable. 

Ce n’est pas forcément évident, mais en adaptant les bonnes pratiques, tu peux avoir un corps mince, te sentir bien, ne pas souffrir de pilosité excessive, avoir des enfants… Aujourd’hui, je te partage les astuces qui vont t’aider à éviter de prendre du poids si tu es atteinte de ce trouble ! 

OMPK


SOPK et prise de poids

 Le syndrome des ovaires polykystiques une affection qui concerne les hormones. Les hormones sont responsables d'un grand nombre de processus corporels qui ont un impact sur le poids. En fait les hormones régulent tout notre corps, comme le moment où nous avons faim, la façon dont notre corps utilise les aliments pour produire de l'énergie, notre niveau de stress, etc. 

Dans le cadre de SOPK, c’est l’insuline, une hormone sécrétée par le pancréas qui est en cause. Cette hormone régule le taux de sucre dans le sang (la glycémie) et permet de faire rentrer le sucre dans les cellules du corps. Avec le syndrome SOPK, la quantité d’insuline produite est trop importante, ce qui fait que la glycémie diminue beaucoup trop. 

Lorsque la glycémie est faible, le corps réagit pour la faire remonter, il va donc sécréter de la ghréline, l’hormone de l’appétit. Une femme qui souffre de ce trouble aura donc, souvent, beaucoup plus faim qu’une autre femme. 

Comme le corps a besoin de sucre, il devient difficile de bien réguler son alimentation et de manger normalement. Mais avec SOPK, chacune aura toujours l’impression de manger à sa faim et de ne pas faire d’excès. Les besoins du corps sont surévalués parce que l’appétit reste présent, et il devient complexe de ne pas prendre du gras. 


Ainsi, 35 à 50% des femmes atteintes de SOPK seraient en situation d’obésité selon les pires estimations, et environ 10% selon les meilleures. C’est en tout cas une conséquence connue et commune chez les femmes touchées par ce syndrome. 


Comment perdre du poids avec SOPK ?

 Certains te diront que c’est impossible, et pourtant ! Tu peux y arriver, mais tu auras plus de difficultés qu’une personne normale. Ce combat en vaut la peine : meilleure santé, fécondité, bien-être… Découvre ce que tu dois faire pour perdre du gras si tu es touchée par ce syndrome. 

syndrome sopk


La gestion de l’insuline

 Quand on souffre du SOPK, l’insuline est anormalement élevée, ce qui peut mener à un diabète de type 2 (insulino-résistance) et rendre la perte de gras très complexe. Il est donc nécessaire d’aider le corps à bien réguler le taux d’insuline. 

Pour réguler ton insuline, plusieurs médicaments existent comme la Metformine. Sa prise régulière permet de réguler l’insuline. La bonne régulation de l’insuline n’entraînera pas de perte de gras, mais elle facilitera grandement la stabilisation du poids en permettant la bonne régulation de l’appétit. 

Avec SOPK, il est très difficile de mincir si on ne régule pas d’abord son insuline avec un médicament de ce type. La Metformine est en général plutôt bien tolérée mais chez certaines personnes ce médicament peut provoquer des troubles digestifs. C’est la seule substance de ce type existante, elle augmente la sensibilité à l’insuline et diminue la production de glucose dans le foie. Il vaut donc mieux bien la tolérer ! 

Sa prise sur le long terme entraîne une diminution de l’absorption de la vitamine B12, qu’il convient d’apporter sous forme de complément alimentaire pour éviter un déficit. 

Une fois que l’insuline est bien régulée, on peut agir sur le poids ! 


La pilule et le poids

 La pilule contraceptive est souvent recommandée dans le cas de SOPK, elle permet un apport en œstrogènes et donc de diminuer les effets indésirables de ce syndrome. Elle est efficace sur les effets androgènes de SOPK, mais peu sur le poids. 

La prise d’une pilule contraceptive ne te permettra pas de te débarrasser de ce trouble, mais peut t’aider à te sentir mieux. Je t’invite donc à essayer la prise d’une pilule pour mieux vivre avec ce syndrome. 

Sache que la pilule ne fait pas grossir ! En fait, les pilules il y a quelques dizaines d’années étaient très fortement dosées en progestérones et entraînaient une prise de gras. Aujourd’hui ce n’est plus le cas, elles peuvent simplement favoriser une rétention d’eau pendant quelques mois. 

Tu peux donc recourir à la pilule sans crainte pour ton poids. 


Une alimentation de qualité

ompk


 Pour mincir, il faut évidemment adopter une alimentation de qualité. L’objectif dans un premier temps est de manger de bons produits, sains, naturels et de trouver un bon équilibre. Il ne faut surtout pas suivre un régime, chercher à fortement diminuer tes calories. En faisant ces choix, tu n’auras pas du tout les résultats escomptés sur le long terme ! 

Préfère une alimentation vraiment qualitative en suivant ces points : 

  • Mange à ta faim
  • Fais toi plaisir
  • Augmente la quantité de protéines et de légumes dans une journée
  • Choisis des aliments non transformés
  • Consomme des glucides à IG bas (quinoa, lentilles...) et évite le sucre !
  • Mange des fibres
  • Consomme de l’huile de coco
  • Apporte des oméga 3 à ton corps
  • Bois beaucoup d’eau
  • Mange en pleine conscience

 En suivant ces conseils, tu aideras ton corps à dépenser plus d’énergie et à puiser dans ses réserves. C’est un changement de long terme qu’il faut opérer et en suivant un tel changement, tu réussiras progressivement à obtenir des résultats. 

Je t’invite à relire plusieurs fois ces conseils et à t’appliquer à les suivre ! Il ne faut pas être angoissée à l’idée de ce que tu peux manger. Tu dois chercher à te faire plaisir. Suis ces conseils et cherche le plaisir ! 


Une pratique sportive adaptée

 Pour mincir, il faut faire du sport, quelle que soit ta situation. Le sport permet de dépenser de l’énergie, d’augmenter le métabolisme et de se faire plaisir. Pour ta pratique sportive, cherche à suivre un programme sportif adapté à ta situation et qui procure des résultats. 

Tu auras donc besoin d’adopter un programme de perte de gras sur le long terme, et de marcher de manière régulière. Tu te dis peut-être que tu as déjà essayé de faire du sport et que cela n’a rien donné, c’est normal. Se tourner vers le cardio ne donne pas de résultats, alors suis mes conseils et ton corps se transformera progressivement ! En parallèle du sport, essaie de pratiquer la méditation ou des sports de relaxation qui t’aideront à faire diminuer ton stress, un facteur de prise de poids. 

sopk et perte de gras


La complémentation pour SOPK

 Pour être en meilleure forme, améliorer la gestion du syndrome SOPK, la complémentation peut être très utile. Pour les compléments alimentaires, il n’y a pas de problème avec les médicaments, mais il peut y en avoir avec des plantes thérapeutiques. 

Au niveau des compléments alimentaires, la consommation de vitamine B12 sera utile si tu suis un traitement de Metformine. 


Ensuite, le magnésium, la vitamine D peuvent aider ton organisme à mieux se réguler, et tu auras un sommeil plus profond. Un complément souvent utilisé dans le cas du syndrome SOPL est l’inositol, tu peux en prendre tous les jours pour mieux gérer ta consommation de sucre. Ensuite, je t’invite à faire une prise de sang régulière pour vérifier tes niveaux en minéraux et vitamines. Les carences sont fréquentes dans le cas de troubles hormonaux et la complémentation évitera des effets en chaîne ! 

Inutile de prendre des tas de vitamines et minéraux tous les jours, cela peut même être néfaste ! Fais-en fonction de tes besoins et de tes taux en micronutriments. La première source doit rester ton alimentation. 



Lutter contre son propre corps est très difficile, surtout si tu n’emploies pas les bonnes méthodes. Si tu souffres de SOPK, ton combat sera certainement plus difficile que pour d’autres personnes, mais il faut être confiante et avancer. 

En appliquant ces conseils, tu auras déjà des résultats et si tu veux continuer d’avancer et obtenir un corps en bien meilleure forme, je t’invite à découvrir un challenge gratuit ! Tu y apprendras comment bien gérer ton poids et à faire les bons choix ! 



Photo de couverture : Kyle Broad 

Photos : Andres Ayrton, Anna Shvets, Towfiqu Barbhui 


Sources : Barber, T. M., McCarthy, M. I., Wass, J. A., & Franks, S. (2006). Obesity and polycystic ovary syndrome. Clinical endocrinology. 

Barbieri R. L. (2003). Metformin for the treatment of polycystic ovary syndrome. Obstetrics and gynecology. 

Gallo, M. F., Lopez, L. M., Grimes, D. A., Carayon, F., Schulz, K. F., & Helmerhorst, F. M. (2014). Combination contraceptives: effects on weight. The Cochrane database of systematic reviews. 

Lee, I., Cooney, L. G., Saini, S., Sammel, M. D., Allison, K. C., & Dokras, A. (2019). Increased odds of disordered eating in polycystic ovary syndrome: a systematic review and meta-analysis. Eating and weight disorders. 

Ndefo, U. A., Eaton, A., & Green, M. R. (2013). Polycystic ovary syndrome: a review of treatment options with a focus on pharmacological approaches. P & T : a peer-reviewed journal for formulary management. 

Unfer, V., Nestler, J. E., Kamenov, Z. A., Prapas, N., & Facchinetti, F. (2016). Effects of Inositol(s) in Women with PCOS: A Systematic Review of Randomized Controlled Trials. International journal of endocrinology. 

Yang, K., Zeng, L., Bao, T., & Ge, J. (2018). Effectiveness of Omega-3 fatty acid for polycystic ovary syndrome: a systematic review and meta-analysis. Reproductive biology and endocrinology.

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.