Comment je me suis entraîné en classe préparatoire ?


16 Jun
16Jun

J’ai fait deux ans de classe préparatoire économique, deux années pendant lesquelles j’ai beaucoup travaillé mais où j’ai continué de bine m’entraîner ! Je vous explique comment je me suis organisé ! 


La classe préparatoire est une période où l’on travaille beaucoup, intensivement et il est difficile de consacrer du temps au sport. Le problème du temps se retrouve souvent dans la vie professionnelle et j’aimerais vous prouver qu’il est toujours possible de s’entraîner, même en travaillant 60 heures par semaine, mon quota hebdomadaire sur ces deux ans de ma vie. Sur ces deux ans, je me suis moins entraîné, mais mon volume hebdomadaire d’entraînement avoisinait les 8 heures, c’est ce que je me fixais. Je faisais pas mal de course à pied, du renforcement musculaire et un peu de boxe. Laissez-moi vous raconter comment se sont passés ces deux ans du côté du sport. 


La planification omniprésente 

Quand je suis arrivé en classe préparatoire, j’étais mal organisé, et je me suis vite retrouvé submergé par le travail, ce qui m’a empêché de bien m’entraîner. Je m’en suis rendu compte, et je faisais des courtes séances de sport le soir à 22 heures. Pour vous expliquer, la prépa c’est des cours comme au lycée, et le soir il faut bosser 2-3 heures. On a souvent des examens, interrogations et des examens oraux, les khôlles. Alors, on manque vite de temps pour son loisir et pour le sport, et si on arrête de faire du sport, c’est pour deux ans… Hors de question pour moi ! Alors, j’ai fait des plannings. Sur mes plannings, je préparais mon temps de travail et le sport que je faisais chaque jour avec l’heure. 

La planification m’a permis de me garder 1 heure chaque jour pour faire du sport, et j’en faisais un peu plus le week-end. J’avais une heure de sport avec ma classe un jour par semaine, jour où je ne faisais que cette séance. J’essayais de faire varier mes entraînements au maximum et je faisais 3-4 séances de course par semaine, 1 de natation, et puis du renforcement musculaire et de la boxe. Je préparais mes plannings le week-end pour la semaine suivante. 


Une semaine type 

Sur une semaine classique, je faisais 8 heures de sport. Le lundi, je me levais pour aller en cours, 8 heures de cours, pause déjeuner, sortie à 18heures. Je rentrais chez moi, faisais 1 heure de sport, douche, puis je dinais et commençais mes révisions. Vers 23 heures, j’arrêtais, m’étirais un peu puis j’allais me coucher. Et ça pareil toute la semaine ! Un rythme intense, et le sport me permettait de m’aérer et de me sentir mieux. Le samedi matin c’était devoir surveillé. L’après-midi je faisais un peu plus de sport, et je me détendais, avant de travailler à nouveau le soir. Le dimanche matin c’était moment chill, et j’essayais de travailler un peu l’après-midi. Le dimanche je ne m’entraînais pas tout le temps, parfois c’était course à pied tranquille, parfois petite séance musculation, mais cela dépendait de mon état de fatigue. Bref, le dimanche c’était assez cool ! Voilà ce que donnait une semaine classique quand j’étais en classe prépa ! Alors, vous manquez toujours de temps pour vous entraîner ? Planifier sa semaine aide énormément à consacrer du temps à ses entraînements, je vous recommande de le faire, vous en verrez les bénéfices très rapidement. 



Une expérience enrichissante 

La classe préparatoire m’a permis de me rendre compte de ce que je pouvais mal faire et m’a aidé à être mieux organisé et plus efficace. Sur le moment, ce n’était pas forcément agréable, je ne suis pas sûr de le refaire si je choisissais à nouveau, mais je dois admettre que j’ai beaucoup appris et que grâce à ces deux ans je suis mieux organisé et plus efficace. Alors quelles leçons en tirer ? 


Ce que j’ai mal fait

Pour m’organiser, je me faisais un planning de sport et de travail, avec le temps de sport bien identifié, et mon temps de travail. Mais j’ai mis du temps à adopter ce fonctionnement, et surtout, une fois adopté, je ne prenais pas toujours le temps de bien le faire. Ainsi, certaines semaines, je n’avais pas vraiment de planning et je fonctionnais au jour le jour, ce qui était beaucoup moins efficace. La réalisation d’un planning, d’un tableau d’objectifs est essentielle en sport comme dans la vie professionnelle. Alors, si vous voulez atteindre vos objectifs, prenez le temps de le faire et de bien le construire avec tous les éléments qui vous permettront d’assurer ! Ensuite, une grave erreur a été de ne pas toujours respecter mon temps de sommeil, ce qui entraînait une fatigue de plus en plus difficile à rattraper. Quand on fait du sport, le temps de sommeil doit être un peu plus long et il est primordial de dormir suffisamment et de faire attention à ne pas accumuler de la fatigue. Ainsi, je recommande de se coucher et se lever à heures fixes autant que possible. Puis, un autre élément qui a été mauvais dans ma pratique sportive était la volonté de faire vite pour rapidement retourner travailler, ce qui fait que je me suis parfois mal échauffé, que j’ai pu être trop violent sur certains entraînements, conduisant à une blessure. Alors quelle que soit la situation, je vous recommande de toujours prendre le temps de vous échauffer, et de vous étirer régulièrement afin de protéger votre corps et de limiter le risque de blessure. 


Pourquoi je vous raconte ça ?

La vie en classe préparatoire est assez exigeante, et pour réussir il faut vraiment s’organiser, ne laissant pas toujours beaucoup de temps à la pratique sportive. J’entends presque quotidiennement des personnes dire qu’elles n’ont pas le temps de s’entraîner, qu’elles aimeraient faire plus mais qu’elles ne peuvent pas. Et quand je demande pourquoi, ces personnes me disent qu’elles ont leur travail, leurs enfants, et différentes choses à gérer. Les tâches quotidiennes peuvent prendre beaucoup de temps, mais elles ne doivent pas vous empêcher de vous entraîner, quand on veut s’entraîner, on trouve le temps. L’idéal quand on a une journée chargée est de faire son sport le matin, si on a des enfants, ils dorment, et ce sera un moment privilégié pour soi et que l’on pourra toujours conserver. Ensuite, pour bien gérer son emploi du temps et se dédier un créneau de sport, il faut absolument se faire un planning, cette méthode vous garantit d’y penser et de ne pas oublier votre séance. Puis si on rate sa séance on en est conscient et on se donne plus à la séance suivante ! 



Le sport est un élément essentiel pour la santé physiologique et psychologique, il aide à améliorer sa qualité de vie. Cependant, s’entraîner nécessite de trouver le temps qu’il faut pour mener à bien sa séance, cela peut être difficile avec des emplois du temps chargé. Sur mes deux années passées en classe préparatoire, j’ai réussi à m’entraîner 8 heures par semaine en moyenne, et je pense que s’entraîner autant avec un emploi du temps chargé est accessible. Cela demande bien sûr d’être rigoureux et de s’appliquer à bien aller s’entraîner, mais je suis sûr que vous pourrez y parvenir ! Alors je vous souhaite bon courage et de bons entraînements !

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.